maadi-gazette.com Webutation

A la une

21 août 2014 - Enfin unis contre Daech ? version imprimableAprès un long si ... +++ 20 août 2014 - Irak : Fabius appelle tous les pays de la région à agir contre l’Etat islamique version imprimable Paris, le 20 ao ... +++ 20 août 2014 - Irak : les jihadistes revendiquent l’assassinat d’un journaliste américain version imprimableLes jihadistes de ... +++ 19 août 2014 - L’armée irakienne stoppée par une forte résistance à Tikrit version imprimable  BAGDAD (Re ... +++ 19 août 2014 - Libye : Des explosions entendues après le survol de Tripoli par des avions non identifiés version imprimable À qui appartien ... +++ webdesign

Une pédagogie (inter)active grâce aux outils numériques

Classé dans: Articles |
Share Button

Source : Le Parisien-

Les grandes écoles utilisent les technologies de partage et de mise en réseau pour susciter l’interaction entre professeurs et élèves.

1213_une-pedagogie-inter-active-grace-aux-outils-numeriquesLe temps du professeur dispensant son cours magistral est révolu. Enfants du numérique, les étudiants prennent leurs cours sur ordinateur, travaillent en réseau, ont accès à leurs cours sur des plates-formes virtuelles. Les écoles misent sur les technologies de partage et de mise en réseau pour créer de l’interaction entre élèves et professeurs, développer des pédagogies actives, gagner en visibilité.

Bienvenue dans l’école du futur
EM Lyon explore les atouts des technologies au sein de son Learning Lab créé avec l’Ecole centrale Lyon. Ce centre d’études teste des pédagogies et aménagements de classes innovants permis par des tableaux interactifs, robots, outils de prise de notes partagés, plate-forme collaborative ou tablettes. Le concept LaSmartEcole développé par Ingenium pour EM Normandie utilise aussi les technologies pour imaginer de nouvelles situations de formation.

En savoir plus sur LaSmartEcole : Interview de Jean-Guy Bernard, le Directeur Général de l’EM Normandie qui nous présente le concept de SmartEcole

Etudiants en action…
A la rentrée 2013, les élèves de 3e année d’EM Normandie deviendront producteurs de savoirs. Chacun recevra une tablette — « 500 g de technologies contre des kilos de polycopiés », s’amuse Olivier Lamirault, directeur d’Ingenium — reliée à la plate-forme de l’école, qui abrite des ressources interactives, et connectée à un réseau social privé. Des classes seront équipées de murs sur lesquels il est possible d’écrire, de projeter à partir des tablettes et donc d’interagir en temps réel. « Les élèves vont alimenter des blogs et sites, des livres informatiques avec des outils d’écriture collaborative, complète Olivier Lamirault. Le professeur pourra utiliser la réalité augmentée pour créer des modèles virtuels en 3D, incruster des images et messages dans son cours. »

… et en interaction
L’ESG management school propose dans certains cours un « tweet wall » : les tweets des élèves s’affichant à la vue de tous sur un écran. Le grand amphi est équipé d’un système de captation qui permet de poster des cours filmés sur iTunes U (U pour « university »). Ces outils d’intermédiation facilitent les échanges dans et en dehors de la classe. Créer du lien est aussi un enjeu de l’Insead qui propose des MBA sur trois campus dans le monde. Elle partage sur sa plate-forme Insead Knowledge, sur iTunes U, organise des visioconférences sur Google HangOut, a un réseau social privé sur Yammer. « L’objectif est de démultiplier les possibilités d’interactions à distance », résume David Dubois, professeur de marketing.

Libre accès au savoir
La valorisation de la production académique est au cœur de la stratégie du directeur de la recherche d’Audencia, André Sobczak. « Nous avons créé des archives ouvertes afin de rendre le savoir accessible à tous. Les travaux de nos chercheurs sont déposés sur la plate-forme du CNRS HAL, elle-même référencée sur le moteur de recherche spécialisé Google Scholar. » Les MOOC (« massive open online courses ») venus des universités américaines sont des cours en ligne gratuits. Ils sont intéressants pour gagner en visibilité, mais leur valeur pédagogique et leur modèle économique posent question. Tandis que l’Ecole centrale Lille, l’Ecole polytechnique et l’Eisti se lancent, le premier MOOC francophone a été créé à l’Ecole centrale Nantes en 2012 par Morgan Magnin. « Nous avons choisi de créer un MOOC privilégiant la mise en relation entre les personnes et le contenu. Chaque utilisateur peut créer son chemin vers l’apprentissage, constituer sa base de ressources, étudier à son rythme. » Mille trois cents personnes ont suivi ce cours sur « Comment apprendre sur Internet ». La première journée d’études sur les MOOC se tiendra le 30 mai à l’université Paris-Diderot.

  1. Pingback: Une pédagogie (inter)active grâce ...

  2. Non c’était pas le but mais je reconnais quand même que la pensée unique est un risque

    D.Reboul
    6 juin 2013 at 12:18

  3. Un prof par matière et par niveau devrait donc être suffisant non ?

    D.Reboul
    6 juin 2013 at 10:21

    • J’ai comme l’impression que tu cherches des ennuis avec les syndicats…
      Et l’exécutif

      M.Cénac
      6 juin 2013 at 10:39